Le Château des Amerois, «Mother of Darkness castle»

chateau-ameroisIl semble que « le propriétaire » fait tout ce qu’il peut pour le maintenir invisible. Grâce à des recherches on sait que le château est la propriété des Solvay, ceux qui produisent des antidépresseurs controversés, comme le Prozac et la paroxétine. « Médicaments » qui ont été tenus pour responsables de l’épidémie de massacres dont on a été témoins dans les écoles et universités du monde entier. Les Solvay ont également créé des camps pour enfants à travers le monde et, fait intéressant, à Bruxelles. (Voir données de Child Focus en Belgique).

En 2008, les gestionnaires du cas de Child Focus ont traité 2177 cas de personnes portées disparues et de dossiers concernant la violence sexuelle, impliquant au total 2388 enfants. Parmi ces cas:

  • 1 041 dossiers en rapport avec les fugues (1 053 enfants); parmi lesquels 47% concernent des enfants entre 13 et 15 ans, et 12% des enfants en dessous de 13 ans;
  • 435 dossiers concernant des enlèvements parentaux (331 enfants);
  • 351 dossiers concernaient des disparus mineurs migrants non accompagnés;
  • 49 dossiers concernaient un enlèvement réussi par une tierce personne, dont 3 concernant des enlèvements par des inconnus complets;
  • 21 dossiers concernaient des enfants perdus ou disparus (24 enfants);
  • 280 photos concernaient des cas d’abus sexuels sur enfants (294 enfants), dont près de 60% concernaient des enfants de moins de 12 ans

Bruxelles rejette la demande de Mc Cann concernant un système européen d’alerte pour les enfants disparus. Cet article est intéressant parce que la demande de Kate et Gerry Mc Cann concernant la mise en place d’un système d’alerte pour aider à retrouver les enfants disparus a été rejetée, et à la place les états membres créerons leur propre système et travailleront ensemble afin d’alerter les agents des douanes et les forces de police étrangères plus rapidement après les enlèvements d’enfants.

Il s’agit d’un non-sens, de toute évidence le meilleur système serait une base de données centralisée à laquelle les autorités pourraient accéder au cas où un enfant disparaîtrait, ayant ainsi un accès immédiat aux données plutôt que des systèmes décentralisés, qui ne travaillent pas ensemble. Je trouve horrible de découvrir que vous avez plus de chances de retrouver une voiture disparue qu’un enfant disparu. Il y a de toute évidence quelque chose de louche là-dessous, n’est-ce pas? Se pourrait-il que toutes ces personnalités de haut niveau, membres de la famille royale, politiciens and co, ne veuillent pas que leurs « petits » jeux pédophiles pervers prennent fin, et qu’ils feront tout ce qui est en leur pouvoir pour permettre à leurs activités de continuer ?

Renseignez-vous sur l’affaire Dutroux. Un immense réseau pédophile a été mis au jour et a été étouffé, et 20 témoins clés se sont « suicidés ». « Scandale de la Pédophilie en Belgique ; les autorités ont-elles dissimulé son ampleur? » (James Barry, The New York Times, 16/12/1999) :

BRUXELLES – En Belgique, X-Files n’a pas de rapport avec la série de télévision américaine, mais avec une série de témoignages terribles en rapport avec un réseau pédophile présumé. Les cinq femmes et les travestis de sexe masculin qui ont témoigné anonymement en Belgique sous le nom de code »X », ont décrit un monde souterrain de Snuff movies et de tortures sadomasochistes qui était presque impossible à croire. Et ils ont dit que des politiciens et d’autres membres haut placés de la société étaient impliqués.

La sagesse conventionnelle voudrait que les témoins étaient soit mentalement dérangés, soit racontaient des histoires inventées de toute pièce. Il ne s’agissait en fait, dans le jargon des psychiatres, que d’un mauvais cas de syndrome de fausse mémoire collective. Mais un nouveau livre écrit par trois journalistes spécialisés dans les affaires criminelles, « Les Dossiers X – Ce que la Belgique ne devait pas savoir sur l’affaire Dutroux, » publié en français [PDF] et en néerlandais en novembre, affirme que les témoins sous X étaient plus crédibles que ce que la « sagesse conventionnelle » suggère.

La tentative de dissimulation était tellement évidente que 300.000 Belges sont descendus dans la rue pour protester contre la façon dont l’enquête a été menée. Au moins 3 familles de victimes ont été convaincues qu’il y avait une tentative de dissimulation massive, et au moins 20 témoins cruciaux se sont « suicidé ». Il semble très difficile d’avoir accès à ces dossiers X. Peut-être cela a-t-il à voir avec le fait que de nombreux hauts fonctionnaires ont été cités en tant que participants dans les crimes susmentionnés, y compris des membres de la famille royale et au moins un ancien commissaire européen (le nom n’a pas été rendu public). Présentement, je ne vois pas comment Springmeier ou Wheeler ont pu accéder à ces audiences secrètes, mais nous verrons jusqu’où cette histoire ira dans le futur. Je vais également visiter le lieu en question aussitôt que je m’en approcherais. Le château n’est pas mentionné dans les listes habituelles de châteaux en Belgique. Les photos et références sont rares.

Le château fut la propriété du prince Philipp von Saxe-Cobourg-Gotha, et plus tard de la famille Solvay. La famille Solvay est l’une des grandes familles industrielles d’Europe (producteur de médicaments, de plastiques et produits chimiques comme le fluor). Dans leur livre de 1996, Fritz Springmeier et Cisco Wheeler le mentionnent sous le nom de « Mother of Darkness castle ».

Cet obscur château existe bel et bien et a été mentionné fin 1996 et début 1997, par au moins un survivant « X » de l’affaire Dutroux comme un lieu où des choses répugnantes se sont passées. Différents témoins qui ont décrit des tortures, des viols d’enfants, de la pédophilie, des chasse d’enfants, ainsi que des meurtres d’enfants ont été déclarés « fou », mais seulement après que tous les enquêteurs d’origine ont été subitement remplacés.

Il y a eu aussi plusieurs mentions d’orgies sexuelles qui se sont déroulées dans différents châteaux. Cela n’avait pas d’importance que les récits des témoins comprenaient de nombreux détails vérifiables corroborant et ont aidés à résoudre deux précédents meurtres d’enfants. »

chateau-des-amerois

« Suivant les affirmations de Fritz Springmeier et David Icke le ‘chateau des amerois’ (castle of kings ou the mother of darkness) serait un lieu où se font des rituels et sacrifices sataniques d’enfants auxquels assistent les dynasties royales, elles ont conduit à d’autres détails et coïncidences fascinantes qui relient la famille Solvay, les propriétaires du château situé sur la rue du « Serpont », le Baron Daniel Janssen, Étienne d’Avignon, les Bildeberg à des réseaux pédophylles, sataniques.

chateau-des-ameroisPatrick Solvay, vivant dans le château des Amerois en Belgique a fondé la société Itaca International avec Alexander de Wit, en Juillet 2001. Grace à elle Patrick Solvay est l’actionnaire principal de The Little Gym, qui organise des activités d’été pour les enfants. Le 1er Mai 2004, le siège d’Itaca International a été transféré à Bertrange (5 rue Pletzer, L-8080 Bertrange). Cette adresse correspond à The Little Gym, situé au même endroit.

L’affaire Dutroux est probablement le dernier acte de la crise de régime qui s’est nouée sur la tête de Léopold III. Au long des années cinquante et soixante, VDB et ses copains Charly De Pauw et Cruysmans ont bâti fortune et puissance par la valorisation de leurs activités lucratives des années de guerre. Tous trois, avides de pouvoir jusqu’à la plus abjecte perversion, se distingueront dans la consommation sexuelle d’enfants. Tous trois feront danser députés, ministres et magistrats au rythme de leurs ballets dégradants.

Ils ne seront pas les seuls, loin de là. Les frères Lippens, par exemple, ces joyaux de la Générale aux côtés de la famille royale, figurent en bonne place dans les témoignages recueillis par les enquêteurs de Patrick De Baets lors de la première phase de l’enquête Dutroux. Eux aussi ont su exploiter comme il convenait les opportunités offertes à leur père par la guerre.

Ce fil rouge qui mène notre civilisation financière et démocratique de la chasse aux enfants dans les parcs de la famille Solvay aux génocides du Troisième Reich, on le retrouve dans la persécution d’avocats tel Etienne Van Werveke, avocat des parents d’enfants victimes de réseaux pédocriminels et de réseaux institutionnels, durement sanctionné par un conseil de l’Ordre qui détourne aujourd’hui encore et par dizaine de millions l’argent des justiciables sous la direction de la Caisse Privée Banque domiciliée en 1951 à l’adresse de Jean Cruysmans.

Dans ses écritures (« Bloodlines de l’Illuminati », P. 205) et discours, Fritz Springmeier mentionne un château secret situé près du village de Muno dans la Belgique. Ce château, selon lui, être un centre de l’occulte et avoir une cathédrale à l’intérieur avec un dôme avec 1.000 lumières. Ce château désigné sous le nom du château de Mère-de-Obscurité. La programmation de monarque serait effectuée sur des enfants là. Ce château est également parfois mentionné comme le « château des rois ». Son nom réel est « DES Amerois de Château » et il est situé en bouillon (Belgique), près du village de Muno. Ce château et son domaine, la forêt de Muno, appartenue à prince Philippe de Saxe-Cobourg-Gotha, à compte de la Flandre et à père du Roi Albert I. Il a acheté la propriété en 1869 au d’Assche de van der Noot de marquis. Le château du modèle romantique a été construit en 1877 pour Philippe de Saxe-Cobourg Gotha par l’architecte Gustave Saintenoy. Il a 365 fenêtres. Ce château plus tard a été acheté par Alice Solvay, nièce du scientifique et de l’industriel belges Ernest Solvay.

Étrangement, Fritz Springmeier n’est pas le seul pour mentionner ce château. Dans leur livre 2001 consacré à l’affaire de Dutroux, (dossier de pédophilie : Le scandale de l’affaire de Dutroux) P. 259, Jean Nicolas et Frédéric Lavachery mentionnent également le château d’Amerois comme endroit où les parties rituelles sataniques avec des sacrifices d’enfants sont supposé avoir eut lieu. Un rapport de l’affaire Dutroux s’y rapporte aussi par une lettre d’un gendarme à la retraite parlant de ce château.

Au début de l’avril 1996, il a accueilli un prêtre mexicain. Un ami hollandais du prêtre est venu pour le prendre. Le Néerlandais a mentionné les Amerois le Château comme endroit où les soirées sataniques ont eu lieu avec des sacrifices d’enfants. Même un Américain de l’OTAN, qui aurait dû participer à une de ces parties, s’est senti tellement dégoûté, qu’il est allé fournir cette information aux Néerlandais. »

« Ce château se trouve bien près de Muno et est visible ici :
http://www.flashearth.com/?lat=49.748671&lon=5.151131&z=18.1&r=0&src=msa

On peut vérifier les correspondances (j’ai ici retourné de 180° l’image satellite pour faciliter la comparaison) » :

Source : rvlations.forum-actif.info

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s