Conférence américaine des partisans de la légalisation de la pédophilie (2011)

(Article de 2011)

« Aujourd’hui à Baltimore s’ouvre une conférence, avec la participation de chercheurs venant de différents milieu universitaires Etats Uniens, qui se propose de débattre des moyens pouvant amener la légalisation de la pédophilie. Ces savants vont réfléchir sur les moyens de convaincre l’Association Américaine de Psychologie de la nécessité de retirer la pédophilie de la liste des troubles psychiques, tout comme cela fut fait pour l’homosexualité.

L’organisateur de la conférence est un groupe de militants pédophiles de l’institution B4U-ACT. Elle regroupe des psychiatres qui contestent le fait que les penchants sexuels d’adultes pour des enfants relèvent d’un trouble psychique devant etre soigné.

Participent à cette conférence un certain nombre de représentants du monde universitaire, notamment d’Harvard et de la Johns Hopkins University ainsi que d’écoles supérieures de Louisville et de l’Illinois .

Le Président de l’organisation B4U-ACT, Howard Kline a critiqué, fin de Juillet, la définition de la pédophilie formulée par l’Association des Psychologues Américains estimant que les critères ayant donné lieu à cette classification sont « erronés et dépourvus de bases scientifiques ». Il a ajouté que se proposer de traiter les pédophiles était « inconvenant » et « erroné ». De l’avis de Kline l’Association des Psychologues Américains se base avant tout sur des recherches effectuées sur des prisonniers, hors ce ne sont pas toutes les personnes ayant des penchants sexuels envers les enfants qui s’avèrent être des délinquants. Il a ajouté que son Organisation « peut aider » l’American Psychologists Association à changer sa classification de la pédophilie « puisqu’existent des gens qui écrivent sur ce thème ».

Le B4U-ACT classe la pédophilie comme une simple orientation sexuelle autre et condamne « la stigmatisation » dont elle est l’objet. « Nul ne décide de ses penchants sexuels pour les enfants. La cause en est inconnue. En réalité nul ne connaît non plus les causes des penchants sexuels pour les adultes » – assurent les militants de la légalisation de la pédophilie qui n’aiment pas l’idée d’avoir à soigner ce dérèglement.

Dans son communiqué de presse la B4U-ACT informe l’APA qu’elle a critiqué sa classification des maladies psychiques.

Dans son interview pour LifeSiteNews le professeur de droit Judith Reisman, expert en matière d’éthique sexuelle et de pornographie, a critiqué la conférence de Baltimore. Elle a reconnu que déjà, dans les années 70, elle s’est confronté avec de multiples initiatives visant à légaliser la pornographie infantile. Les pédophiles avaient alors engagé des « savants » amenant divers « travaux scientifiques » sur la pornographie, la prostitution et sur d’autres aberrations sexuelles. Ils envoyaient ensuite leurs conclusions à divers parlementaires qu’ils voulaient convaincre d’adopter leurs scandaleuses lois.

C’est à la suite d’initiatives du même ordre et de moultes démonstrations que les sodomites ont obtenus en 1973 que l’homosexualité soit effacée de la liste des maladies psychiques figurant dans la classification du guide publié par l’Association des Psychologues Américains . Quand bien même ont paru depuis de nombreux travaux scientifiques confirmant les aspects négatifs de l’homosexualité et sa nocivité pour la santé de nombreuse associations de psychiatres gardent désormais le silence sur ce sujet.

Sources : LIfeSiteNews.com, AS »

Source : diatala.org

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s